Suivez-moi !

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Votre message

À la bonne heure !

Si vous n’avez pas oublié le passage à l’heure d’hiver, vous êtes désormais « à la bonne heure ». L’occasion de se pencher sur cette expression un brin désuète qui marque en général l’approbation, comme on peut le voir dans cet extrait des « Deux Nigauds » de la comtesse de Ségur née Rostopchine : « À la bonne heure ! Voilà ce qui s’appelle être exact ! C’est bien, ça ! »

Comme le Dictionnaire de l’Académie française l’affirme en 1798 dans sa cinquième édition, l’expression peut également exprimer l’indifférence : « Il me menace ! À la bonne heure, passe, je m’en inquiète peu. »
Avant le XVI° siècle, ces quatre mots signifiaient logiquement « au moment propice » et s’opposaient « à la male heure », celle qui tombe mal à propos. Du XV° à la fin du XVIII°, ils sont synonymes de « heureusement, sous de bons auspices » (source : Dictionnaire Reverso).

Alors pourquoi et comment sommes-nous passés au sens actuel, celui qui permet de marquer notre approbation, parfois de manière ironique ? Je vous remercie de m’avoir posé la question mais personne ne le sait.

À la bonne heure ! Laissons ses mystères à la langue française ! Ils lui permettent de mieux nous ensorceler.

2016-12-16T09:17:00+00:00