Suivez-moi !

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Votre message

Alain Monnier répond au questionnaire du candide

alain monnier

« Alain Monnier est le Proust ou l’Homère du handicap mental devenu civilisation ordinaire. C’est le romancier de la vie tortionnaire et innocente. Avant lui, personne n’avait jamais fait ça. » Ce n’est pas moi qui parle, mais un certain Philippe Muray… Je vous passe les compliments de Jean Rouaud, de Cavanna ou d’André Comte-Sponville, et j’ajoute les miens en toute humilité : nous voici devant un superbe écrivain.

– Un écrivain, ça naît comment ?
Il me semble qu’un écrivain – du moins la grande majorité de ceux que je connais – naît au travers de l’amour des livres et de la lecture. C’est quelqu’un qui a beaucoup lu et qui, un jour, a envie, ou besoin, de sonder ses propres ressorts, de libérer son imaginaire, de passer de l’autre côté du miroir.


– Un livre, ça vient de quoi ?
 D’une envie de raconter une histoire, d’une envie de se confronter à un thème qu’on « trimballe » en nous, d’une envie de savoir enfin ce que l’on pense…


– Un style, ça se trouve où ?
Le style, c’est, me semble-t-il, une facette de sa manière d’être dans la vie. C’est une trace, une empreinte de soi au même titre que l’attention témoignée à autrui, que la politesse, que les habits que l’on se plaît à porter…


– Quand on écrit, c’est pour qui ?
D’abord pour soi… On est son premier lecteur. C’est soi-même qu’il faut surprendre, séduire, convaincre. Ensuite, plus tard, au fil des réécritures du manuscrit, on s’attache davantage aux pensées des possibles lecteurs. Cela permet d’être plus exigeant sur la clarté du propos, les ellipses, l’ambigüité de certaines phrases…

 

– Votre dernier ouvrage, qu’est-ce qu’il raconte ?
« A votre santé Monsieur Parpot » (Edition Flammarion, 2015) est un roman tragi-comique sur la maladie, sur l’univers de l’hôpital… au travers d’un héros à la fois naïf et plein de bon sens qui met en lumière les ressorts de notre humanité à tous.

2016-12-16T09:16:10+00:00