Suivez-moi !

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Votre message

Angélique Villeneuve répond au questionnaire du candide

Ce n’est sans doute pas important mais j’avais envie de le dire : cette personne est aussi belle que ses livres. Rencontrez-la.

– Un écrivain, ça naît comment ?
Généralement, la tête la première, mais pour moi il me semble que le reste du corps est venu avant. Le ventre et les poumons en premier.

– Un livre, ça vient de quoi ?
Du ventre, encore, non ? De ce qui y fermente. Des yeux, aussi, et des oreilles, des bras. C’est très mystérieux, en fait. Quand on écrit, on creuse, on exhume, et parfois, lentement, ça se déplie.

– Un style, ça se trouve où ?
Au tout début ça commence dans les livres des autres, bien sûr, de ceux qu’on admire, qui nous tirent vers le haut. Et puis, petit à petit, ça vient et dans la tête ça se met à sonner de plus en plus juste. Au bout d’un moment, cette langue devient la tienne. C’est du travail, aussi, de l’exigence, de la tête de mule et des dents serrées.

– Quand on écrit, c’est pour qui ?
Pour le lecteur. Absolument. Ça peut paraître démago, mais pour moi c’est fondateur. L’idée de tisser un lien avec l’autre, là-bas, même minuscule, même invisible à jamais, c’est ce qui me pousse chaque jour à m’asseoir devant mon ordinateur pour écrire. Ecrire pour moi, ça ne m’intéresse pas.

– Votre dernier ouvrage, qu’est-ce qu’il raconte ?
Ce que je réponds à la question précédente résonne tout particulièrement pour ce livre là.
« Nuit de septembre », paru en mars 2016 aux éditions Grasset, est un récit de deuil, écrit quelques mois après la mort de mon fils de 21 ans. Je l’ai écrit pour que l’épaule du lecteur se colle à la mienne, et la mienne à la sienne. L’écriture, des deux côtés, ça aide à tenir debout en étirant les limites. Je l’ai écrit aussi pour continuer à voir la beauté du monde.
Sinon, j’écris aussi pour la jeunesse et mon dernier album vient de paraître. « Le Doudou des bois » (Sarbacane), raconte de façon poétique aux petits de 3 ou 5 ans qu’après la perte, la vie continue. Et les illustrations d’Amélie Videlo sont splendides!

2016-12-16T09:17:48+00:00