Suivez-moi !

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Votre message

Aux sources du bac

Allez, plutôt que de gâcher la fête en vous expliquant les moyens par lesquels on s’arrange pour que 90% des candidats obtiennent leur baccalauréat, je préfère évoquer l’étymologie du mot. Et croyez-moi, c’est plus compliqué que de décrocher le diplôme !

Son origine conserve une bonne part de mystère. Au commencement, c’est-à-dire à la fin du XIe siècle, le bacheler ou bachelier désigne un jeune homme qui aspire à devenir chevalier. Changement au XIVe : ce mot désigne celui qui franchit le premier des trois grades universitaires. Deux siècles plus tard, le mot baccalauréat entre en scène, calqué sur le latin tardif baccalaureatus.


Ce qui ne nous dit pas d’où vient ce dernier terme. Certains penchent du côté de Bacchus, le baccalarius étant autrefois un petit propriétaire d’exploitations viticoles. Après la vigne, les lauriers : on serait passé de baccalarius à baccalaureatus pour évoquer la baie de laurier (bacca laurea), plante dont on ceint le front des vainqueurs. D’autres estiment que baccalaureatus proviendrait d’un croisement entre bacchalariatus, « grade inférieur dans le choeur des chanoines », et baccalaureus, altération de baccalare, qui a donné bacheler, puis baccalarius, autrement dit bachelier.


On en perdrait son latin, je vous l’accorde… Et j’accorde la mention Très Bien à ceux qui ont suivi jusqu’au bout !

2016-12-16T09:18:26+00:00