Suivez-moi !

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Votre message

Caroline Sers répond au questionnaire du candide

Caroline Sers

Prix du Premier Roman pour « Tombent les avions » (Éditions Buchet/Chastel), Caroline Sers aime tellement écrire qu’elle prête parfois sa plume à des auteurs nécessiteux. Mais elle n’est jamais autant elle-même que dans les livres signés de son nom.

  • Un écrivain, ça naît comment ?

En lisant. En se plongeant dans les livres de manière presque compulsive, obsessionnelle, avec passion. Et en laissant lʼimaginaire envahir son esprit jusquʼà débordement : là, il nʼy a plus quʼà prendre la plume !

  • Un livre, ça vient de quoi ?

Antonio Lobo Antunes a dit : « Lʼimagination, cʼest de la mémoire fermentée », et jʼaime beaucoup cette phrase – sans pour autant être fan dʼautofiction. Un livre naît parfois dʼun détail, dʼun souvenir, dʼune interrogation, puis il grandit et se développe dʼabord dans la tête. Si lʼidée est suffisamment forte, cʼest-à-dire suffisamment obnubilante, lʼintrigue se construit peu à peu. Ensuite, cʼest devant la feuille blanche que lʼimagination élabore au fil du temps les circonvolutions des péripéties.

  • Un style, ça se trouve où ?

Dans les livres, dʼabord, encore une fois. Chez les auteurs que lʼon admire et dont on se nourrit. On se rend compte que lʼon est sensible à un rythme de phrase ou à un autre… Et puis cela se trouve aussi dans sa musique intérieure, que lʼon prend le temps dʼécouter, que lʼon dirige, que lʼon laisse sʼépanouir en remettant cent fois sur le métier son ouvrage…

  • Quand on écrit, c’est pour qui ?

Écrire en pensant à celui ou à celle qui allait lire m’a toujours bloquée. Cʼest le jour où jʼai mis cette question de côté que jʼai pu vraiment libérer mon écriture. Mais, évidemment, construire une histoire, travailler le style, les personnages, lʼexpression, cʼest bien dans lʼidée de partager. De captiver un lecteur, de transmettre des émotions…

  • Votre dernier ouvrage, qu’est-ce qu’il raconte ? 

Mon dernier ouvrage, « Maman est en haut », paru chez Buchet/Chastel, raconte lʼhistoire dʼune quarantenaire au bord de la crise de nerf. Entre son boulot qui ne l’intéresse pas trop, son ex qui devient bizarre, ses enfants exigeants et, surtout, sa mère qui ne rate pas une occasion de se taire, elle commence à être débordée de toutes parts… Quand elle apprend que sa mère est en garde à vue, la coupe est pleine ! D’autant que celle-ci ne voudra jamais lui dire pourquoi. Jusqu’au jour où…
C’est un roman sur les relations mère-fille, bien sûr, mais plus largement sur les relations entre les parents et les enfants, les grands-parents et les petits-enfants, les frères et sœurs… Un roman sur la famille, comme je les aime !

© Photo Héloïse Jouanard

2018-03-12T12:30:28+00:00