Christophe Ferré répond au questionnaire du candide
 - Brice fait des phrases
Suivez-moi !

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Votre message

Christophe Ferré répond au questionnaire du candide


Appelons cela un signe du destin : le jeune Christophe Ferré a régulièrement séjourné à Illiers-Combray, le village de Marcel Proust. Désormais Grand Prix de la nouvelle de l’Académie française et Grand Prix international de la fiction radiophonique, cet auteur de romans et de pièces de théâtre prête également sa plume à diverses personnalités. Il allie le goût des sports extrêmes à celui de la littérature – à moins qu’il ne s’agisse de la même chose.

  • Un écrivain, ça naît comment ?
    Un écrivain naît comme tout le monde, sans savoir qui il est, où il va. Mais contrairement à la majorité des gens, cet état dure toute sa vie. Il ne sait jamais qui il est et où il va. Pour cette raison, il questionne le monde avec sa plume. Il est le marginal suprême.

 

  • Un livre, ça vient de quoi ?
    Un livre vient de l’enfance, d’une sensation d’enfance, d’une émotion d’enfance, d’un traumatisme d’enfance. Je ne parle pas des livres de journalistes qui ne sont pas des livres. Je parle des Misérables, des Fleurs du Mal, d’À la Recherche du temps perdu, de L’Amant.

 

  • Un style, ça se trouve où ?
    Un style ne se trouve pas, il se construit à partir d’une pulsion fondamentale. Un grand écrivain se reconnaît à son style. Il n’appartient qu’à lui, comme le palais des Doges n’appartient qu’à Venise.

 

  • Quand on écrit, c’est pour qui ?
    On écrit pour l’humanité tout entière, du présent, du futur.

 

  • Votre dernier ouvrage, qu’est-ce qu’il raconte ?
    « La Petite Fille du phare » est un polar publié chez France Loisirs. Près d’un phare breton, une enfant est enlevée. La vérité sur cette affaire est inimaginable.
2018-06-27T11:06:21+00:00