Suivez-moi !

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Votre message

Des murs d’incompréhension

Il y a de quoi se cogner la tête contre les murs : alors qu’en 1989, date de la chute du mur de Berlin, on comptait « seulement » onze murs de séparation sur notre pas toujours bonne vieille Terre, nous en sommes aujourd’hui à soixante-cinq en incluant tous les projets. Donald Trump souhaite ériger un mur entre le Mexique et les Etats-Unis tandis que les fondations du mur de Calais (quatre mètres de haut, un kilomètre de long) sont déjà creusées.

Ajoutons à ces deux-là les murs qui séparent ou sépareront le Maroc de la Mauritanie, le Maroc de l’Algérie, le Mozambique de l’Afrique du Sud, le Botswana du Zimbabwe, le Kenya de la Somalie, la Tunisie de la Lybie, le Brésil de la Bolivie, du Paraguay, de l’Argentine, de la Colombie, du Suriname, du Pérou, de l’Uruguay et du Venezuela, la Corée du Nord de la Corée du Sud, la Chine de la Corée du Nord, l’Inde du Bangladesh, de la Birmanie, du Bhoutan, du Pakistan, l’Ouzbékistan du Kirghizistan et du Kazakhstan, la République turque de Chypre du nord et la République de Chypre, la Grèce de la Turquie, la Turquie de la Syrie, les enclaves espagnoles de Ceuta et Melilla du Maroc, la Hongrie de la Serbie, de la Croatie et de la Roumanie, le Koweït de l’Irak, Israël de la Syrie, du Liban, de la Jordanie, de la Transjordanie, de l’Égypte, de la bande de Gaza, l’Arabie Saoudite de l’Irak, du Yémen, des Emirats arabes unis et du sultanat d’Oman, les quartiers sunnites et les quartiers chiites de Bagdad, l’Egypte de la bande de Gaza, l’Iran de l’Afghanistan et du Pakistan…

Gardons-nous cependant de tout angélisme : comme l’a si bien expliqué Régis Debray (« Eloge des frontières », Gallimard), les frontières sont indispensables. Mais l’important, c’est la dose, aurait pu chanter Bécaud. Ces murs qui, mis bout à bout, atteignent 40 000 km de long sont pour la plupart inutiles et aggravent souvent les problèmes originels, foi d’Elisabeth Vallet, chercheuse en géographie et spécialiste québécoise des frontières. Après le Mur des Lamentations, voici les murs lamentables…

Vous voulez en savoir davantage ? Reportez-vous à l’article dans « Sud-Ouest » dont je me suis fait l’écho : http://www.sudouest.fr/2016/09/28/ces-murs-qui-separent-les-hommes-a-travers-le-monde-2515420-4758.php

Quant à moi, fidèle à mon amour des mots, je remarque avec un certain plaisir que le remède est contenu dans le mal. « Faire le mur », ce n’est pas seulement l’édifier. C’est aussi sauter par-dessus.

2016-12-16T09:17:15+00:00