Suivez-moi !

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Votre message

Didier Goupil répond au questionnaire du candide

didier goupil

« Ce n’est qu’au moment où elle quitta la galerie que Madame se rappela la phrase de Marguerite Yourcenar qui l’avait habitée tout le temps où elle s’était retrouvée face aux « pinturas negras » de ce Cosme Estève qui l’avaient comme foudroyée :
« L’important – maintenant – était de recueillir le peu qui filtrerait du monde avant qu’il fît nuit. »
Une mise en bouche du dernier livre de Didier Goupil, « Traverser la Seine ». Et comme la maison ne recule devant rien, elle vous offre aussi ses réponses au questionnaire du candide :

– Un écrivain, ça naît comment ?
D’un abandon ou d’une perte.

– Un livre, ça vient de quoi ?
D’une image qui tourne dans la tête.

– Un style, ça se trouve où ?
Dans l’ennui de l’écriture.

– Quand on écrit, c’est pour qui ?
Tout le monde et personne.

– Votre dernier ouvrage, qu’est-ce qu’il raconte ?
L’histoire d’une femme qui prend son dernier bain (« Traverser la Seine », Le Serpent à plumes).

2016-12-16T09:17:33+00:00