Suivez-moi !

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Votre message

Eric Neirynck répond au questionnaire du candide

« J’ai rencontré Eric l’an dernier alors que nous étions tous les deux jurés du Prix Rive Gauche, raconte Harold Cobert. Ce type n’est pas du sérail et c’est ça qui est formidable dans ce métier. On a besoin d’auteurs comme lui. Je crois beaucoup en lui, il doit néanmoins garder la tête froide, être patient, percer dans ce métier est une longue marche. » Si l’on en juge par ce qu’on écrit sur lui (http://www.huffingtonpost.fr/omri-ezrati/eric-neirynck-66-pages_b_4888447.html), Eric Neirynck se trouve sur le bon chemin.

 

  • Un écrivain, ça naît comment ?
    Par hasard dans mon cas. J’écris depuis très, très longtemps. Tellement longtemps que mes premiers textes étaient tapés à la machine à écrire avec carbone, autant dire la préhistoire.
    Jamais je n’ai voulu ou même pensé être écrivain un jour. Mes profs de français n’en reviendraient pas, tellement je fus mauvais élève. Ecrivain, moi qui jusqu’à l’âge de dix-huit ans trouvait la littérature ennuyeuse. Je sais, on est con quand on est jeune.
    Et puis Facebook est arrivé. J’y ai publié quelques textes pour des « concours d’écriture » et un jour, un éditeur Christophe Lucquin pour ne pas le citer, m’a demandé si j’avais d’autres textes en magasin et si je pouvais lui envoyer. Et comme dans un conte de fées, en quelques jours je suis devenu un écrivain publié et, du moins je l’espère, lu.

 

  •  Un livre, ça vient de quoi ?
    Ça vient de la vie, d’expériences de vie. Sans avoir vécu, impossible d’écrire. Ce n’est que mon avis, mais la fiction pure je n’y crois pas.

 

  •  Un style, ça se trouve où ?
    C’est quoi un style ? C’est plutôt ça la question. Tout le monde à un style. Certains le trouveront exceptionnel, d’autre nul à chier. Pour moi le style c’est comme les goûts et les couleurs, ça se discute.

 

  •  Quand on écrit, c’est pour qui ?
    Pour l’argent évidemment ! Plus sérieusement on écrit pour être lu, donc pour les autres. Certains diront le contraire, ce sont des menteurs. Ecrire c’est vouloir laisser une trace de ce que l’on pense, de ce que l’on est, pour ne pas avoir vécu pour rien. On n’écrit jamais que pour soi, jamais.

 

  •  Votre dernier ouvrage, qu’est-ce qu’il raconte ?
    Une tranche de vie, une expérience. C’est l’histoire d’un mec qui vit mal, un gars banal, comme vous et moi. Il cherche de l’aide, il en trouve et puis…et puis faut le lire je ne vais pas tout vous raconter quand même.
    Ce livre « Engrenage » (Lily’s éditions) a deux ans maintenant mais vous pouvez encore le trouver en cherchant bien.
    Depuis j’ai encore écrit un petit texte-essai sur Louis-Ferdinand Céline paru en numérique dans la très belle collection DUETTO chez Nouvelles Lectures disponible sur toutes les plateformes numériques.
2017-05-22T09:21:32+00:00