Suivez-moi !

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Votre message

Harold Cobert répond au questionnaire du candide

Harold Cobert

Et pour vous mettre en appétit avant de lire le questionnaire, une critique du Monde consacrée au dernier livre d’Harold Cobert : Article le monde 

  • Un écrivain, ça naît comment ?
    De mille façons différentes, j’imagine ! Pour ma part, c’est un accident, au sens strict du terme. J’ai commencé à écrire suite à un accident de surf où j’ai failli rester tétraplégique. J’ai découvert une histoire/témoignage dans une anthologie d’échecs pendant ma convalescence. Cette histoire était tellement incroyable que j’ai eu envie de la raconter à ma manière sous forme de nouvelle. Et depuis le virus de l’écriture ne m’a jamais quitté.
  • Un livre, ça vient de quoi ?
    Si je le savais ! De la vie, de nos névroses, de nos phantasmes, de tout un tas de choses qu’il vaut mieux sans doute ignorer !
  • Un style, ça se trouve où ?
    Dans les tripes.
  • Quand on écrit, c’est pour qui ?
    Sans soucier des autres, quand c’est pour s’en soucier.
  • Votre dernier ouvrage, qu’est-ce qu’il raconte ?
    « La Mésange et l’ogresse », éditions Plon, sortie le 18 août 2016, explore la terrible « Affaire Fourniret ». L’action se déroule entre le 26 juin 2003, lorsque Michel Fourniret se fait arrêter suite à un enlèvement raté, et le 22 juin 2004 quand, après un an d’enquête, Monique Fourniret craque lors de son 120e interrogatoire et révèle leur terrible parcours criminel (Michel Fourniret a répondu pour sa part à 110 interrogatoires dans cette année). Le roman alterne des chapitres dans la tête de Monique Fourniret et des chapitres dans la tête du commissaire belge qui mène cette enquête. Empruntant la forme du roman policier et du roman noir, il tente de sonder l’autre « banalité du mal », celle commise par des gens apparemment comme vous et moi, que l’on croise sans jamais les remarquer.

 

2017-01-11T09:14:34+00:00