Suivez-moi !

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Votre message

La barbe

Du hipster au musulman, la barbe est à la mode, ça ne vous a pas échappé. L’occasion de mettre son nez dans les expressions s’y rapportant.

« La barbe ! », pour commencer, concerne comme on le sait quelqu’un ou quelque chose qui nous importune. Si j’en crois la documentation que j’ai trouvée sur scibium.com, l’expression provient « des imprimeurs alsaciens qui peinaient à faire tenir l’encre sur les poils des barbes des bergers représentés sur « La nuit de la Nativité » de Martin Schongauer, peintre et graveur du 15e siècle » – un peu tiré par les cheveux, non ?
Dans le même esprit, un cours barbant rasera les élèves qui riront dans leurs barbes ou carrément au nez et à la barbe du prof tandis que celui-ci parlera dans sa barbe pour ne pas qu’on entende ses insultes.


« Faire la barbe » est moins connu. On utilisait cette expression désuète dans le sens de narguer quelqu’un ou de l’emporter sur lui. L’origine viendrait du Moyen-Age : les vainqueurs d’un combat rasaient la barbe des vaincus dans le but de les humilier. A moins que cela ne corresponde à ce geste qui consiste à se frotter le menton de bas en haut, comme quand les enfants vous font « bisque, bisque, rage ! »

Signe que la belle Sainte Barbe a dû adresser à son père quand celui-ci l’a mise au feu. Comme cette chrétienne refusait obstinément de brûler (« Hula up Barbatruc ! »), papa l’a décapitée mais les flammes se sont jetées sur lui pour le griller comme une merguez.

Pour évoquer une autre légende, Charlemagne n’a jamais eu la barbe piquetée de fleurs. Utilisée dans « La Chanson de Roland », l’expression « barbe fleurie » était synonyme de « barbe fournie » ou de « barbe blanche », une façon de rapprocher l’empereur d’un patriarche biblique.

Enfin, pour respecter les quotas, je me dois d’évoquer le sexe féminin. Dans la rubrique « Apprenons un nouveau mot », découvrons que les femmes à barbe sont tout simplement atteintes d’ « hirsutisme ». La plus célèbre d’entre elles s’appelait Clémentine Delait et, durant la Première Guerre mondiale, devint en toute logique la mascotte des… Poilus.

2016-10-03T10:04:51+00:00