Suivez-moi !

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Votre message

Manu Causse répond au questionnaire du candide

Manu Causse

 

Et si on lui laissait la parole ? « En 2005, indique Manu Causse sur son site, j’ai décidé de dépoussiérer mes vieux rêves ; j’ai arrêté d’enseigner pour me consacrer à l’écriture. Depuis, je vis à Toulouse et je partage mon temps entre traductions, romans adultes et adolescents, musique, ainsi que diverses activités artistiques indéfinissables (…) En dix ans, j’ai écrit une quinzaine d’ouvrages, dont « Le pire concert de l’histoire du rock », quatre romans bilingues (aux éditions Talents Hauts) et deux albums illustrés.

  •  Un écrivain, ça naît comment ?
    Tard, en général. Le temps d’apprendre à faire taire les voix qui lui disent de ne pas écrire.

 

  • Un livre, ça vient de quoi ?
    D’une petite image, d’une couleur qui te frappe en pleine tête à l’improviste ; ou alors d’une envie, d’un thème qui vibre, d’une pensée pour quelqu’un. D’un rien, quoi.

 

  • Un style, ça se trouve où ?
    Sous les sabots d’un cheval – mais encore faut-il trouver le bon cheval, celui qui a le bon pas, le bon rythme. Alors, il n’y a plus qu’à le suivre.

 

  • Quand on écrit, c’est pour qui ?
    Pour des fantômes bienveillants pour les entendre sourire ; pour des égarés sans histoires à qui on en prêterait bien une ; pour soi-même, pour essayer de se faire plaisir.

 

  • Votre dernier ouvrage, qu’est-ce qu’il raconte ?
    Chez Denoël, La 2 CV verte raconte comment un père un peu désorganisé dans sa tête enlève son propre fils d’un institut psychiatrique au volant d’une voiture fantôme – pour le sauver, ou se sauver lui-même, ça reste à voir.

 

2016-12-21T11:41:05+00:00