Suivez-moi !

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Votre message

Plafond de verre

plafond de verre

« Nous n’avons toujours pas brisé ce plafond de verre plus haut et plus dur. Mais un jour, quelqu’un le fera » a affirmé Hillary Clinton dans son discours de défaite face à Donald Trump. Mais d’où vient cette métaphore ? Des Etats-Unis, justement, où elle désignait la difficulté des femmes à accéder aux hautes responsabilités dans les entreprises. « Les femmes ont atteint un certain point que j’appelle plafond de verre. Elles accèdent aux fonctions de management intermédiaire mais s’arrêtent là », écrivait en 1984 Gay Bryant, rédactrice en chef du magazine « Adweek ».

Depuis, l’expression concerne toutes les personnes qui se heurtent injustement à des barrières professionnelles à cause de leur âge, de leur origine sociale ou ethnique, etc… Elle est parvenue en France pour désigner les femmes politiques, d’Arlette Laguiller à Eva Joly en passant par Ségolène Royal, qui ne sauraient accéder à la fonction suprême en raison de leur sexe.

Une certaine Marine Le Pen l’utilise à propos du Front National : « Nous avons brisé le plafond de verre ! » s’est-elle réjouie à l’issue du second tour des législatives de 2012. Trois ans plus tard, sa nièce Marion la contredisait, attribuant cette « invention » aux médias : « Le plafond de verre n’existe pas ! »

Comment savoir qui a raison ? En France comme en Amérique, un plafond de verre, ça ne se voit pas. Seuls ceux ou celles qui s’y cognent la tête peuvent témoigner de son existence.

A moins qu’on ne le peigne en couleur. Puisque Donald Trump est désormais au sommet, je suggère qu’on lui passe un pinceau. Vous connaissez tous l’histoire du fou qui repeint son plafond…

 

Source : http://www.rtl.fr/actu/politique/front-national-d-ou-vient-l-expression-plafond-de-verre-7780845767

2016-12-16T09:16:40+00:00