Suivez-moi !

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Votre message

Solange Bied-Charreton répond au questionnaire du candide

« Je crois avoir écrit le roman d’une certaine France qui s’efface et de ceux qui sont incapables de la penser autrement qu’au passé. Ils y cherchent une esthétique, un certain romantisme, mais jamais la vie. C’est également le symptôme d’une époque, d’un temps qui va mal », écrit Solange Bied-Charreton à propos de ses « Visages pâles ». Confidence qui figure dans une interview passionnante de « Philitt » : http://philitt.fr/2016/08/29/solange-bied-charreton-je-crois-que-loccident-est-mort/

En attendant de vous y plonger, découvrez ses réponses au questionnaire du candide :

– Un écrivain, ça naît comment ?
Un écrivain ça naît dans une chambre d’enfant, ça naît de l’ennui, donc de l’imagination, la nature ayant horreur du vide.

– Un livre, ça vient de quoi ?
De scènes imaginées, et de certaines vécues, d’une cuisine interne indescriptible, de paroles captées dans la rue, et disons-le franchement, d’heures et d’heures de travail.

– Un style, ça se trouve où ?
Aucune idée. Quand on est doués en rédaction à l’école primaire, c’est le signe qu’il faut continuer.

– Quand on écrit, c’est pour qui ?
Pour soi. Pour quelques-uns. Pour le livre, lui-même, pour le nourrir. Très peu pour les gens qu’on ne connaît pas. Et pourtant c’est le sens de la publication.

– Votre dernier ouvrage, qu’est-ce qu’il raconte ?
« Les Visages pâles » sont sortis chez Stock le 24 août 2016. Il raconte l’histoire d’une fratrie qui s’oppose à la vente de la maison de leur grand-père, et met également en scène leurs trois trajectoires personnelles. Il raconte également le monde contemporain, la France du début du XXIe siècle, la solitude, le combat contre l’effacement des structures sociales, de la famille, de la société. Il décrit aussi un coin du département du Gers.

2016-12-16T09:17:41+00:00