Sonia David répond au questionnaire du candide - Brice fait des phrases
Suivez-moi !

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Votre message

Sonia David répond au questionnaire du candide

Sonia David

Rédactrice, notamment pour Vogue depuis vingt-cinq ans, Sonia David (de son vrai nom Sonia Rachline) est entrée en littérature en 2012 avec son roman « Les petits succès sont un désastre ». Cinq ans après paraissait « David Bowie n’est pas mort », toujours chez Robert Laffont. Elle persiste et elle signe : « Seule l’écriture est mon travail ».

 

  • Un écrivain, ça naît comment ?

Ça naît, mais surtout ça… devient ! J’ai toujours eu l’intime sensation que seule l’écriture était mon travail. Après, il faut se mettre à son bureau, et comme sur un ring, se battre inlassablement avec les mots et les phrases. C’est à la fois une malédiction et une petite jouissance.

  • Un livre, ça vient de quoi ? 

D’une obsession, d’un sujet qui grandit en vous, qui vous empêche de dormir, et puis il faut y aller !

  • Un style, ça se trouve où ?

Dans le travail et l’obstination. Écrire, mais surtout ré-écrire, ciseler, sculpter, tenter de se rapprocher au plus près de sa propre vérité. Recommencer encore et encore (les dictionnaires ne sont jamais loin).

  • Quand on écrit, c’est pour qui ?

Difficile à dire. Écrit-on d’abord pour quelqu’un ou tout simplement parce que l’on a le sentiment de ne pas avoir le choix ?

  • Votre dernier ouvrage, qu’est-ce qu’il raconte ?

Il s’intitule « David Bowie n’est pas mort » (éditions Robert Laffont). À mon sens, tout est résumé dans la 4ème de couverture à laquelle je tiens beaucoup : « Ma mère est morte, mon père est mort, David Bowie est mort. Ce ne sont pas uniquement de mauvaises nouvelles. »

2018-03-26T13:09:12+00:00