Suivez-moi !

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Votre message

Sourire avec les aptonymes

 

exemple d'aptonyme images d'aptonyme

Benjamin Millepied ? Danseur. Edith Cresson ? Ministre de l’agriculture. Thierry Le Luron ? Humoriste. Vous l’avez compris, les APTONYMES sont des noms de personnes qui correspondent à ce qu’elles font ou ce qu’elles sont. C’est ainsi que M. Pippi-Sallé exerce au Canada le noble métier d’urologue et que, si vous appelez un chauffagiste à Waterloo, en Belgique, vous pouvez tomber sur Gérard Manfroy.

Robinet le plombier, Piquemal l’infirmière, Grossetête le philosophe, Pinard le caviste… La liste est infinie (j’attends vos exemples) mais, quand on y réfléchit, certaines de ces correspondances peuvent s’expliquer. Bien des patronymes ont pour origine le surnom de l’ancêtre : de là les Mme Boulanger, les Melle Couturier ou les M. Barbier. Et si le goût du pain, des beaux tissus ou des joues bien rasées se transmet, quitte à sauter de nombreuses générations, nous aurons une Mme Boulanger qui nous servira une baguette bien cuite, une Melle Couturier qui nous taillera une veste ou un M. Barbier qui jouera du coupe-chou.

Les contes et les bandes dessinées s’adonnent souvent aux aptonymes, histoire qu’on comprenne bien que Gaston Lagaffe n’en rate pas une, que Guy L’Eclair bat Usain Bolt et que Simplet est un peu… simplet, quoi.

Puisque vous ne l’êtes pas, je peux vous donner l’étymologie du mot APTONYME qui emprunte à la fois au latin (aptus : attaché, adapté) et au grec (onyme : nom). Et tant qu’à faire le malin, je vais évoquer les CONTRAPTONYMES qui mettent en opposition le nom de la personne et son activité : un M. Boucher boulanger, par exemple.

Lorsque cette opposition tourne à la contradiction, on parle alors d’ANTIAPTONYMES : un certain médecin s’appelait Lemort…

Dans le même esprit, il existe une théorie selon laquelle notre destin est inscrit dans notre nom. Deux exemples littéraires : Joris-Karl Huysmans, signifiant « l’homme de l’huis » qui finit moine trappiste, c’est-à-dire cloîtré, ou Emile Zola dont le nom signifierait en patois italien « motte de terre » – celle-là même qui a bouché sa cheminée, entraînant sa mort par asphyxie ?

Plutôt troublant, n’est-ce pas ? A vous de voir si vous avez envie de vous pencher sur l’étymologie de votre patronyme. Le mien, Torrecillas, signifie « Tourelles » en espagnol. Et il est vrai que j’ai bâti beaucoup de châteaux en Espagne…

2016-12-16T09:16:20+00:00